Mosaïque haut

« C’est là que je vis pour la première fois des touffes d’un vert sombre qui émergeaient de cette « baouco » et qui figuraient des oliviers en miniature. Je quittais le chemin, je courus toucher les petites feuilles. Un parfum puissant s’éleva comme un nuage, et m’enveloppa tout entier. C’était une odeur inconnue, une odeur sombre et soutenue, qui s’épanouit dans ma tête et pénétra jusqu’à mon cœur. C’était le thym, qui pousse au gravier des garrigues : ces quelques plantes étaient descendues à ma rencontre, pour annoncer au petit écolier le parfum futur de Virgile ».

(La Gloire de mon père, 1957, chapitre 22)

 

La Garrigue est le milieu le plus représenté sur la Chaîne de l’Etoile et le Massif du Garlaban. Elle peut prendre plusieurs formes selon l’abondance des espèces. Les espèces les plus communes de ce milieu sont : le Chêne kermès (Quercus coccifera), le Thym (Thymus vulgaris), le Romarin (Rosmarinus officinalis), le Ciste blanc (Cistus albidus), l’Ajonc de Provence (Ulex parviflorus), la Globulaire buissonnante (Globularia alypum), l’Aphyllante de Montpellier (Aphyllanthes monspeliensis), la Coronille à tiges de jonc (Coronilla juncea), l’Euphorbe des garrigues (Euphorbia characias).

Au sein de cette grande matrice de garrigue se retrouvent des petits peuplements de Pin d’Alep (Pinus halepensis) ainsi que des zones plus « écorchées », laissant apparaître des affleurements calcaires et où le Brachypode rameux (Brachypodium retusum), "baouco" en provençal, y est très abondant (on parle de pelouses à Brachypode rameux).

En vous promenant dans ces collines, vous pourrez vous émerveiller des senteurs et des couleurs des fleurs qui s'épanouissent selon les saisons. Quelques exemples de ces fleurs qui ravissent les sens : l'Iris nain (Iris lutescens), les Lins (Linum sp), les Hélianthèmes (Helianthemum sp), la Biscutelle commune (Biscutella laevigata), l’Immortelle (Helichrysum stoechas) ou encore le Lilas d’Espagne (Centranthus ruber). Parmi les espèces communes, nous pouvons également citer la Vipérine (Echium vulgare), les différentes Germandrées (Teucrium sp) et Crapaudines (Sideritis sp) qui attirent grandement les papillons de nos collines.

D'autres espèces sont plus difficilement observables en raison de leur taille, elles se dévoileront aux plus attentifs. Ainsi, en cherchant un peu le long des chemins ou dans les zones moins denses en Chênes kermès, vous pourrez remarquer des espèces plus discrètes telles que l’Argyrolobe de Zanon (Argyrolobium zanonii), les Orpins (Sedum sp), les Linaires (Linaria sp) ou les Orchidées.

Pour découvrir une flore encore plus rare, découvrez la page consacrée aux espèces végétales protégées.