Mosaïque haut

Lézard ocellé (Timon lepidus)

Suivi de la population de Lézards ocellés sur la Chaîne de l'Etoile et le Massif du Garlaban

Le Lézard ocellé (Timon lepidus) est le plus grand Lézard d’Europe. D’affinité méditerranéenne, son aire de répartition française s’étend jusqu’au littoral atlantique. Le Lézard ocellé est une espèce caractéristique des habitats ouverts méditerranéens, actuellement en fort déclin dans la plupart des pays du sud de l’Europe (Grillet et al., 2006). La pression d’urbanisation et la fermeture progressive des milieux en partie liée à la déprise agricole, sont les principaux facteurs du déclin des populations françaises ces 150 dernières années (Cheylan et Grillet, 2005). Par ailleurs, plusieurs travaux réalisés en France et en Espagne ont montré la régression rapide de cette espèce dans plusieurs régions de son aire de répartition (Cheylan & Grillet, 2005 ; Grillet et al. 2006 ; Mateo, 2007). Ceci a motivé son inscription dans les catégories « quasi menacée (NT) » de la liste rouge des reptiles du bassin méditerranéen (UICN, 2006) et « vulnérable (VU) » de la liste rouge nationale récemment établie par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN France et al., 2009).

Photo: Couple de Lézard ocellé à la sortie de leur gîte sur la Chaine de l’Etoile (Mimet, 25-06-2010) ©Laure Bourgault

Un Plan National d’Actions en faveur du Lézard ocellé

Compte tenu de ces éléments, le Lézard ocellé fait aujourd’hui l’objet d’un Plan National d’Action (PNA) porté par le Ministère de l’Écologie et du Développement Durable et validé par le Conseil National de Protection de la Nature le 5 janvier 2012. Soumis à consultation publique jusqu’au 14 septembre 2012, le plan est effectif depuis le 1er janvier 2013. Une déclinaison interrégionale de ce plan est d’ailleurs en cours de rédaction au niveau des régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Parmi les actions jugées prioritaires, au niveau national, figurent l’amélioration des connaissances de l’espèce ainsi que la mise en place de mesures de protection, deux axes pour lesquels le suivi à long terme des populations est nécessaire.

Pour télécharger le Plan National d’Actions en faveur du Lézard ocellé :
http://www.developpement-durable.gouv.fr/Plan-national-d-actions-Lezard.html

Les études menées par Colinéo sur le Lézard ocellé

Afin de suivre l’évolution de la population de Lézards ocellés du site Etoile-Garlaban au cours du temps et pour suivre les préconisations définies dans le Document d’Objectifs (DOCOB) du site Natura 2000 FR 9301603 « Chaîne de l’Etoile – Massif du Garlaban », nous avons mis en place, en 2010, un suivi de cette population basé sur la méthode du Site Occupancy.


Le suivi de la population de Lézards ocellés sur le site Etoile-Garlaban, réalisé en 2010 et 2011, a permis de donner une première estimation de l’abondance de la population, d’estimer la probabilité de détection de l’espèce de donner une première estimation de l’abondance de la population, d’estimer la probabilité de détection de l’espèce, d'identifier les secteurs de présence de l'espèce et les spécificités de l'espèce sur ce site (type de gîtes occupés, habitat préférentiel,…). Espèce craintive, le Lézard ocellé fuit dans un gîte proche lorsqu'il est dérangé. Dans les secteurs très fréquentés, il est plus facilement observable car acclimaté à la présence de l'Homme. Il occupe des gîtes variés mais affectionne tout particulièrement les gîtes rocheux naturels ou anthropiques tels que les restanques.

Photos : Gîtes favorables au Lézard ocellé ©Laure Bourgault

La population de la Chaîne de l'Etoile et du Massif du Garlaban est répartie de façon homogène mais, dans certains secteurs, on a pu observer une agrégation des individus. Ces secteurs, identifiés comme noyaux de population, ont fait l'objet en 2012 et 2013 d'une étude particulière, basée sur le protocole Adaptive sampling, protocole adapté aux espèces rares et/ou agrégées. Cette étude a eu pour objectifs d'appréhender les spécificités de l'espèce et d'obtenir des informations sur la densité de la population et la spatialisation des individus, au sein de ces noyaux.
Dans la déclinaison interrégionale du PNA, une des actions, jugée prioritaire, concerne l’étude de l’utilisation de l’espace par le Lézard ocellé à l’échelle individuelle et populationnelle, via la mise en place de suivis télémétriques. Les études menées sur le site Etoile-Garlaban nous ont permis d’améliorer les connaissances sur l’espèce en identifiant notamment les secteurs de présence. En 2013,  l’association Colinéo a mis en place un suivi radio-télémétrique de 8 individus adultes de la population du site Etoile-Garlaban. Cette étude, diffusée aux DREAL PACA, DREAL LR, au CEFE-CNRS et au CEN PACA, animateur de la déclinaison interrégionale, a permis d’améliorer les connaissances sur le Lézard ocellé en terme de taille de domaine vital, de déplacements journaliers et de l’utilisation des gîtes.

 Le Lézard ocellé est une espèce méditerranéenne emblématique. De nombreuses actions de communication autour de cette espèce ont été réalisées en 2013 par l’association. Nous avons été accompagnés le 13 mai 2013 par une équipe de tournage de l’émission Echappées Belles, émission « Marseille, la Méditerranée » diffusée le 15 juin 2013 sur France 5.  Le travail réalisé a été présenté le 28 novembre 2013 auprès du grand public par le biais d’une conférence au Campus de l’Etoile (AMU) et auprès des agents de la DREAL PACA du Tholonet, le lundi 9 décembre dans le cadre de leurs diagonales. Des photographies prises au cours des 2 études ont été exposées au Centre d’animations du Merlan le 16 novembre (exposition organisée par le CIQ du Merlan) et notre exposition « Le Lézard ocellé dans tous ses états » a obtenu le 2ème prix.

 

 Photo : Julio, un mâle adulte équipé d’un émetteur VHF et suivi par radio-télémétrie durant la saison 2013

©Laure Bourgault

 

 

La communication autour de l’espèce reste encore très limitée. Des enquêtes sont lancées depuis plusieurs années par l’ONEM (Observatoire Naturaliste des Ecosystèmes Méditerranéens) et l’association Cistude Nature pour la population de la façade aquitaine.
Cependant, il apparaît nécessaire de communiquer encore plus largement sur cette espèce via différents moyens. C’est dans ce contexte que l’association réalise cette année un court-métrage sur l’espèce en contexte périurbain.

Les partenaires sont nombreux :

DREAL PACA.jpg Logo-Region-PACA-long.jpg Logo-CG13-long.jpg
logo_ecomed.jpg CEN-PACA-Logo-petit1.jpg Logo_IMBE.jpg Logo_CEFE CNRS.jpg


Les stagiaires et bénévoles qui ont participé aux études sur le Lézard ocellé :
2010 : Jérémy AUBAIN et Camille GRAVIER (bénévoles)
2011 : Louise BÉTREMIEUX (6 mois) et Mickaël AUBERT (2 mois)
2012 : Manon EUDES, Romain CHARDON et Audrey GUITTEAU (2 mois)
2013 : Paul MORAINE et Mathieu POLICAIN (2 mois), Grégory DESO (bénévole, BE ECO-MED), Sylvain RIVET (bénévole)

 

Bibliographie :

Cheylan M., Grillet P. (2005). Statut passé et actuel du Lézard ocellé (Lacerta lepida, Sauriens, Lacertidés) en France. Implication en termes de conservation. Vie et milieu ; 55 (1) : 15-30.

Grillet P., Cheylan M.,  Dusoulier F. (2006). Evolution des habitats et changement climatique : quelles conséquences pour les populations de Lézard ocellé, Lacerta lepida (Saurien, Lacertidés), en limite nord de répartition ? Ecologia Mediterranea, 32: 6372.

Mateo J.A. (2007). Lagarto ocelado. Timon lepidus (Daudin, 1802). In : Carrascal, L. M.,Salvador, A. (eds). Enciclopedia Virtual de los Vertebrados Españoles. Museo Nacional de Ciencias Naturales, Madrid. 58 p.

UICN FRANCE, MNHN & SHF (2009). La Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Reptiles et Amphibiens de France métropolitaine. Paris, France.

UICN (2006)The Status and Distribution of Reptiles and Amphibians of the Mediterranean Basin. (Compiled by Neil Cox, Janice Chanson and Simon Stuart).

  Retour vers le haut de la page