Mosaïque haut

Etude de la Vulnérabilité Ecologique
de la Chaîne de l'Etoile et du Massif du Garlaban

"Connaissance et appui à l'Evaluation environnementale"

Afin de poursuivre les actions de préservation de la Chaîne de l'Etoile et du Massif du Garlaban initiés par Natura 2000, nous avons souhaité poursuivre ces inventaires des richesses de nos massifs mais également identifier les menaces qui pèsent sur elles. Pour cela, l'association Colinéo a mis en place une étude de la Vulnérabilité Ecologique de la Chaîne de l'Etoile et du Massif du Garlaban.

• Présentation :

La Chaîne de l'Étoile et le Massif du Garlaban sont deux massifs de la Basse Provence calcaire. Ils constituent un territoire naturel d'environ 10.000 ha inscrit au réseau européen Natura 2000 auxquels s'ajoutent environ 8.000 ha (zones tampons semi urbanisées choisies pour l'étude autour du périmètre Natura 2000), soit 18.000 ha au cœur d'un complexe urbain de près d'un million d'habitants (Marseille, Aubagne, Aix-en-Provence et Gardanne).

Ils possèdent une biodiversité riche, marquée par un fort endémis me régional et présentent de nombreux habitats naturels d'importance patrimoniale dont 10 habitats d'intérêt communautaire (sélectionnés pour le réseau Natura 2000), notamment des pelouses sèches prioritaires pour l'Europe (riches en espèces végétales annuelles et bulbeuses dont de nombreuses orchidées).

Ils abritent une flore typique, comprenant des espèces endémiques et rares, dont la Sabline de Marseille, Gouffeia arenarioïdes (espèce endémique de la région marseillaise protégée au niveau national et européen), la Germandrée à allure de pin, Teucrium pseudochamaepitys (espèce méditerranéenne très rare en France, protégée au niveau national), l'Ophrys de Provence, Ophrys provincialis (endémique de quelques départements 13, 84, 04, 83, 06 , protégée au niveau national), l'Hélianthème à feuilles de Lavande, Helianthemum syriacum , espèce rare et protégée, la Serratule naine, Jurinea humilis, espèce rare et protégée ou encore le Genêt de Lobel , Genista lobelii espèce endémique de quelques massifs de la Provence calcaire.

Mais aussi une faune originale d'affinité méditerranéenne et typique des collines provençales, avec des espèces remarquables comme les emblématiques Lézard ocellé Timon lepidus , et Aigle de Bonelli, Hieraaetus fasciatus , et avec une entomofaune riche et diversifiée, comme le Grand capricorne, Cerambyx cerdo (annexe II de la directive habitats).

Cette importante biodiversité a conduit l'État français à intégrer une grande partie de la Chaîne de l'Étoile et du Massif du Garlaban dans le réseau Natura 2000 en 2003.

Ce massif, typiquement provençal, agréable à parcourir, offre des points de vue uniques sur le bassin de Marseille et ses massifs environnants.

Ces sites ont subi une profonde mutation socio-économique au cours du siècle dernier et jusqu'à ces toutes dernières années.

Presque toutes les activités de production; agriculture, élevage, mines, exercées depuis l'aube de l'humanité, ont disparu. Ce territoire est désormais essentiellement un lieu de loisir, fréquenté par des randonneurs et des promeneurs.

La Chaîne de l'Étoile et le Massif du Garlaban sont des espaces fragiles.

Par ailleurs, un tissu urbain très dense, de près d'un million de personnes, s'est formé autour de ces collines, l'urbanisation attaquant parfois même le massif. D'importants facteurs perturbent les écosystèmes, comme l'augmentation de la fréquentation, l'apparition des engins motorisés, les incendies successifs, la fragmentation des paysages de plus en plus accentuée (présence de lignes électriques, gazoducs, routes, pistes DFCI, chemins de randonnées, etc..).

La Chaîne de l'Étoile et le Massif du Garlaban sont des espaces fragilisés; leur biodiversité exceptionnelle est menacée par des aménagements et des activités de plus en plus oppressants, particulièrement aux frontières du site Natura 2000. Préserver ces sites est une nécessité, mais cela demande une vision réfléchie de la part des décideurs et des usagers, vis-à-vis de la richesse et de la fragilité des milieux.

C'est au cœur de ces préoccupations qu'œuvrent actuellement les groupes de travail de la Trame Verte et Bleue (traduction des articles 20, 21 et 26 du Grenelle I de l'Environnement), les objectifs de la Trame Verte et Bleue (TVB) étant d'identifier les réservoirs de biodiversité, d'atteindre ou de conserver le «bon état écologique» de ces milieux et de prendre en compte la Biologie des populations migratrices (limiter la fragmentation des milieux par l'identification de corridors écologiques). Une conclusion se dégage d'ores et déjà de ces groupes de travail: il est nécessaire de connaître ces réservoirs et leur fonctionnement pour y pratiquer les modes de gestion adéquats. Or, à l'heure actuelle, nous ne disposons pas d'informations suffisantes pour établir un état des lieux «correct» des espaces naturels nationaux (réservoirs biologiques).

Voilà ce qui motive l'étude de vulnérabilité que nous souhaitons réaliser sur ces collines. En effet, elle vise à mieux connaître un milieu qui dispose d'une importante biodiversité pour permettre par la suite de la préserver par des modes de gestion adaptés.

Les deux grandes missions du projet

- Dans l'immédiat, conserver les espèces rares ou endémiques, les espèces inscrites sur les Listes Rouges, menacées par de prochains aménagements.

- A plus long terme, analyser les impacts de l'homme et leurs effets sur les processus écologiques.

• Programmation et méthodologie :

Le territoire d'étude comprend le site Natura 2000, les ZNIEFF II «Chaine de l'Etoile» et «Massif du Garlaban», mais aussi et principalement, l'ensemble du territoire non couvert par quelque statut de protection que ce soit, jusqu'au pied du massif.

Le travail est essentiellement traité sous Système d'Information Géographique (SIG), qui est un outil informatique permettant d'organiser, analyser et présenter des données spatialement référencées.

Les trois phases de l'étude de vulnérabilité écologique

Identifier les facteurs anthropiques susceptibles de porter atteinte aux écosystèmes de la zone d'étude, et estimer leur intensité .

Ceci consiste à récolter toutes les informations sur les phénomènes socio-économiques et politiques conduisant à la transformation des milieux, puis évaluer et spatialiser leurs impacts.

Cette phase est en cours, nous avons déjà cartographié l'ensemble des chemins, des sites d'escalade, des lignes électriques, des espaces bâtis et des chantiers. Une étude de fréquentation et l'analyse des plans d'urbanisme sont en cours pour identifier les zones risquant d'être urbanisées.

Réaliser un diagnostic écologique

Ceci à travers un état des lieux des espèces rares ou endémiques.

Après recherche et obtention des données déjà existantes (nous sommes en possession des données Natura 2000 issues du DOCOB, du CBNMP, de Messieurs MOLINIER, de Laurent AUTARD, Daniel PAVON, Eric BARTHELEMY de la Chevêche, ECO-MED…), nous les complétons par des inventaires de terrain pour la Flore vasculaire de la Chaîne de l'Etoile et du Massif du Garlaban.

Les inventaires faunistiques (en cours actuellement) concernent entre autres deux espèces protégées nationalement: le Lézard ocellé (Timon lepidus) et la Genette commune (Genetta genetta).

Faire le bilan des impacts anthropiques sur le milieu, et établir un état spatialisé de la vulnérabilité écologique

Ceci consiste en une analyse spatiale où les données précédemment recueillies seront croisées afin d'obtenir des cartes illustrant la vulnérabilité écologique.

• Originalité :

La vulnérabilité écologique est la vraisemblance ou l'imminence d'une perte de biodiversité du fait d'une menace précise (Pressey et al. 1996). L'étudier nous permettra d'avoir une vision claire et objective de la richesse et de la fragilité de ces milieux.

Ainsi, nous obtiendrons un outil unique et pilote de sensibilisation du grand public, mais aussi de concertation en termes d'aménagement et d'actions de conservation, adressé aux décideurs.

Une démarche à reproduire

Les enjeux que nous avons identifiés sur la Chaîne de l'Étoile et le Massif du Garlaban peuvent être étendus à de nombreux autres massifs de la Région PACA. En effet, toute la région est au coeur du point chaud de biodiversité et d'endémisme de la zone méditerranéenne. Sur l'ensemble du territoire régional, on retrouve des espaces naturels d'exception, qui sont par ailleurs un élément majeur de la qualité de vie des habitants de Provence Alpes Côte d'Azur et un de ses principaux atouts aux yeux de ses visiteurs. Ces espaces sont cependant parmi les plus fragiles et les plus menacés. Pourtant, chaque année, les pressions de l'homme sur ces espaces s'accentuent : urbanisation, pollution, développement des infrastructures et tourisme, déprise agro-sylvo-pastorale.

Il est donc indispensable d'établir un diagnostic écologique spatialisé de ces espaces et d'appliquer rapidement une gestion d'urgence sous peine de voir disparaître irrémédiablement un nombre considérable d'espèces endémiques de notre région.

 

  Retour vers le haut de la page